Guide pour le futur travailleur autonome et entrepreneur

Tout ce que j’aurais aimé savoir avant de devenir travailleur autonome

Lorsque je me suis lancé à 100% à mon compte, j’étais rendu à un point où les gestionnaires de mon emploi à temps partiel étaient inquiets du temps que je pouvais accorder à l’entreprise versus le temps que je mettais sur ma propre entreprise — j’ai toujours été très ouvert à leur parler de mes ambitions et de mon côté travailleur autonome.

J’avais de plus en plus de contrats qui prenaient tout mon temps libre en dehors de mon emploi à temps partiel. J’ai dû faire un choix quand même rapidement puisque je sentais une pression continuelle du côté de certains gestionnaires de l’entreprise et après plusieurs moments de réflexion et d’hésitation, j’ai fait le saut en devenant travailleur autonome à 100%. J’ai ensuite donné environ 1 mois d’avis à mon employeur et après ce mois, je commençais à voler de mes propres ailes.

Dans les mois précédents ce choix, j’avais eu l’occasion de travailler sur plusieurs beaux mandats notamment avec LG (une campagne pour la sortie d’un nouvel appareil), Groupe Germain (pour une murale de 6000 de mes photos au Alt Hotel Ottawa), VIA Rail Canada (pour une campagne du temps des fêtes), Loto-Québec et bien d’autres.

Avec tous ces mandats, j’avais réussi à me mettre plusieurs milliers de dollars de côté pour être sûr de pouvoir vivre pendant plusieurs mois même si je n’avais pas de contrats.

Comme la réalité de chacun est différente, je parlerai de ma réalité de travailleur autonome / entrepreneur offrant des services de photographie, médias sociaux et rédaction. Certains aspects peuvent s’appliquer à votre réalité alors que d’autres non.

Voici tout ce que j’aurais aimé savoir avant de me lancer dans le fascinant monde du travail autonome et de l’entrepreneuriat — et qui aurait définitivement facilité ma vie durant les 3 dernières années. J’ai divisé les sujets  en différentes sphères qui interagissent toutes entre elles.

Ce guide est le fruit de 3 ans d’essais et d’erreurs en tant que travailleur autonome, il ne constitue en aucun cas une marche à suivre pour devenir travailleur autonome, mais se veut plutôt une ressource pour tous ceux qui voudraient se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat et qui ne savent pas par où commencer et tout ce que ça implique.

Bonne lecture et en espérant que ça vous soit utile!


Le côté gouvernemental

Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette
Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette

La première chose que je vous recommande lorsque l’idée de devenir votre propre patron vous trotte dans la tête est d’aller jeter un coup d’oeil sur le site du Registraire des entreprises. Vous trouverez sur ce site toutes les ressources nécessaires à quelqu’un qui est en démarrage d’entreprise ou qui veut devenir travailleur autonome.

Vous devrez déterminer quelle forme légale prendra votre entreprise. Il y a plusieurs options qui s’offrent à vous, la meilleure chose, c’est de consulter un(e) avocat(e) spécialisé dans ce domaine.

Une fois que vous avez déterminé quelle forme légale prendra votre entreprise, la prochaine étape est évidemment de vous enregistrer pour obtenir un Numéro d’entreprise du Québec (NEQ) qui vous donnera ensuite l’occasion de collecter des taxes auprès de vos futurs clients — à noter qu’il n’est pas nécessaire de faire tout ça si vous prévoyez faire moins de 30000$ par année.

Si vous chargez des taxes de vente, vous devrez en faire la déclaration annuellement ou à chaque trimestre. Pour faire le tout, vous pouvez vous armer d’un bon comptable qui pourra vous accompagner dans le processus. Plusieurs comptables sont spécialisés dans les entreprises et les travailleurs autonomes. Lorsque vous faites votre déclaration de taxes, vous devrez payer sur-le-champ les taxes perçues sur vos services, d’où l’importance de se créer un compte dédié à la perception de ces taxes, dont je vous parlerai plus tard dans cet article.

Par la suite, comme tout résident du Québec, vous devrez faire votre déclaration de revenus auprès de Revenu Québec et de l’Agence du Revenu du Canada. Comme pour les taxes à rembourser, vous devrez vous garder de l’argent de côté pour rembourser les impôts. 

Finalement, chaque année, vous devrez faire votre mise à jour annuelle et votre mise à jour courante auprès du Registraire des entreprises. Cette étape est cruciale pour pouvoir continuer d’opérer et d’offrir vos services. Dans l’éventualité que vous ne soyez plus entrepreneur ou travailleur autonome, vous pouvez décider de dissoudre l’entreprise.


Les finances d’un travailleur autonome

Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette
Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette

Au Québec, c’est toujours très tabou de parler d’argent. C’est un sujet qui ne rend pas les gens super à l’aise et l’on est souvent gênés de dire combien on gagne, combien on veut gagner, etc. 

Depuis que je suis travailleur autonome, j’ai dû apprendre à avoir une relation différente avec l’argent — j’ai dû apprendre à en parler avec un(e) conseiller(e) financier, en parler avec des proches avec qui je suis à l’aise d’en discuter.

La meilleure chose que j’ai pu faire concernant mes finances, c’est d’aller rencontrer une conseillère en finances à ma banque afin d’obtenir des conseils et de bonnes pratiques pour avoir des finances en pleine santé.

Le budget

La première chose que je vous conseille de faire pour prendre en main vos finances en tant que travailleur autonome est de débuter en faisant un budget de vos dépenses récurrentes. L’exercice fera en sorte de vous donner une meilleure perspective sur tout ce que vous avez à payer mensuellement et annuellement. 

Par la suite, sur le site de mon institution financière, j’ai activé l’outil budget afin de comparer la réalité au budget que j’avais réalisé dans une feuille de calcul. J’ai eu un énorme choc — pendant les 2 dernières années, je dépensais 2 à 3 fois ce que j’avais de prévu au budget. J’ai dû réajuster le tir rapidement, car je me suis rendu compte qu’une grosse partie de la réussite d’une entreprise passe par des finances saines et bien calculées. Autrement, c’est vraiment facile de tomber dans le crédit, les dettes, etc.

Faire un budget aide aussi à déterminer plus tard ce qu’on doit charger à nos clients afin d’au minimum arriver à couvrir nos dépenses de base chaque mois.

Frais de roulement de votre entreprise

Je sépare mes dépenses personnelles de mes dépenses de travailleur autonome et il y a beaucoup de choses auxquelles on ne pense pas et qui coûtent quand même beaucoup d’argent en fin de compte. Personnellement, j’annexe à mon budget mensuel toutes ces dépenses qui aident à faire rouler mon entreprise.

  • Assurances vie, salaire, matériel, voyage
  • Frais d’accès à Internet
  • Mon portfolio sur Squarespace
  • Le serveur pour mon blogue
  • Les diverses fournitures de bureau
  • Le matériel — dans mon cas appareil-photo, objectifs, ordinateurs, accessoires et j’en passe
  • Hôtels s’il y a lieu
  • Transport s’il y a lieu

Ouvrir plusieurs comptes épargne

Une autre chose que ma conseillère en finances m’a suggérée fut d’ouvrir plusieurs comptes épargne pour bien gérer mes entrées et sorties d’argent. Pendant une trop longue période, j’avais qu’un seul compte bancaire dans lequel tout mon argent flottait. Ma conseillère m’a vivement recommandé d’ouvrir un compte pour ma perception de taxes, mes impôts, un fond d’urgence, des vacances, des épargnes et d’autres projets. 

Maintenant, à chaque chèque ou virement que je reçois je verse le montant total des taxes dans mon compte épargne Taxes et je verse un certain pourcentage du montant restant dans mon compte Impôts. L’argent qui reste ensuite est alloué à mon fonds d’urgence, au remboursement de dettes ainsi qu’à mes autres comptes épargne.

Je me sens tellement léger depuis que je fonctionne de cette manière. Avant que je me lance à mon compte, je vivais souvent de paye en paye et maintenant, en ayant de grosses rentrées d’argent irrégulières, il était impératif que je devienne plus prévoyant avec mon argent, parce lorsqu’on n’a pas de stratégie financière, il est facile de tout dépenser en chandelles et en vêtements!

Fonds d’urgence

Personnellement, lorsque je me suis lancé, je trouvais impératif de ne pas me lancer dans le vide, d’avoir un coussin financier en cas que ça ne fonctionne pas. Comme chaque personne a une relation différente avec l’argent, il se peut que vous soyez à l’aise de quitter votre emploi stable à revenu régulier tout en n’ayant pas de coussin. Toutefois, si vous êtes comme moi, je vous recommande un minimum de 3 mois de fond d’urgence — après avoir déterminé vos dépenses mensuelles récurrentes, multipliez ce chiffre par 3 et vous obtiendrez le montant total que vous devriez mettre dans un fond d’urgence. 

Personnellement, c’est un peu arrivé au hasard, j’ai reçu plusieurs gros paiements qui m’ont permis d’arriver à un montant d’environ 15000$ — ce qui était suffisant pour couvrir plus d’une année de mes dépenses mensuelles à l’époque.

Déterminer un cachet intelligent à notre juste valeur

Une partie impérative de vos finances est définitivement reliée à votre cachet.

  • Combien chargerez-vous pour chacun des services que vous voulez offrir?
  • Avez-vous du matériel à acheter pour offrir ces services?
  • Est-ce que vous devrez vous déplacer pour offrir ces services?
  • Combien est-ce que vous aimeriez gagner par année?
  • Combien d’heures voulez-vous travailler par semaine? Par mois? Par année?
  • Est-ce que vous aurez des sous-traitants à engager pour certains mandats?
  • Est-ce que vous devez louer un local pour l’exercice de vos fonctions? 

Il y a une tonne de questions à se poser lorsqu’on détermine son cachet.

Personnellement, ça ne s’est pas fait du jour au lendemain et j’ai différents tarifs pour mes différents services. Dans un même devis, je peux avoir plusieurs tarifs tout dépendant du service qui est rendu, de la difficulté, du matériel que je dois utiliser, etc. 

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse, mais vous devrez au minimum gagner ce que vous avez comme dépenses mensuelles récurrentes — personnellement, je me suis fixé un objectif de 4 à 6 fois le montant de mes dépenses mensuelles récurrentes pour être certain de pouvoir mettre de l’argent dans des comptes épargnes et bien vivre.

Dépôt en début de projet

Certains le font, d’autres non. Personnellement, je préfère demander un dépôt d’un certain pourcentage en début de projet. C’est un peu une façon pour que le client se commette à 100% après la signature du contrat. Ça m’est arrivé quelques fois, que même en signant un contrat, le client s’est désisté après signature et m’a par le fait même, fait perdre du temps et des revenus considérables.

Se verser un salaire en tant que travailleur autonome

Une bonne pratique à avoir pour avoir de saines finances faciles à gérer est de vous verser un salaire (hebdomadaire, bimensuel ou mensuel). Vous pouvez le faire, peu importe la forme légale de votre entreprise, mais certains statuts d’entreprise offriront des avantages fiscaux. C’est une excellente idée de consulter un comptable et un avocat afin de voir ce qui est le plus avantageux pour vous.


Les clients d’un travailleur autonome

Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette
Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette

Qui sont vos clients? En avez-vous déjà, ou est-ce que vous devrez en trouver? Avez-vous des ententes mensuelles avec certains d’entre eux? 

La première chose que vous devez avoir en tête lorsqu’on parle de clientèle c’est: « quelle est mon offre de service? » Cette question vous aidera à déterminer à qui vous vous adressez et qui seront vos potentiels clients. Plus votre offre sera claire, plus il sera facile pour les clients de comprendre ce que vous faites et de vouloir travailler avec vous. 

Par exemple, si je dis que je fais de la photographie, c’est très vague. Il existe tellement de genres et de sujets en photographie qu’il sera difficile pour un client de déterminer si vous êtes le bon fournisseur à engager si vous dites seulement que vous faites de la photographie. De mon côté, j’ai déterminé 3 champs d’intérêt qui m’aident à définir mon offre: voyage, gastronomie et lifestyle. Évidemment, je peux définitivement faire de la photographie en dehors de ces 3 champs d’intérêt, mais ça aide mes clients à comprendre ce que je fais ou ce que je ne fais pas — par exemple, je ne fais pas de photographie de mariage et d’évènements.

Une fois que vous aurez défini votre offre de service, c’est le temps de contacter autant les nouveaux clients que des anciens clients avec qui vous avez déjà fait affaire pour leur signaler votre disponibilité et votre envie à travailler avec eux. Ça m’est arrivé souvent que j’ai eu des contrats parce que j’ai lancé des perches à droite et à gauche. Il ne faut pas avoir peur de le faire parce que: 1. la pire réponse que vous pouvez obtenir c’est non et 2. vous êtes le seul responsable de la réussite de votre entreprise, vous ne pouvez pas attendre que tout arrive par magie.

Également, il faut écouter son instinct, lorsque tu ne le sens pas au premier contact avec un potentiel client, écoute-toi. Il m’est arrivé trop souvent de faire le mandat même si je n’avais pas senti le courant passer lors du premier contact et je m’en suis voulu par la suite.

Tout dépendant du type de biens ou services que vous offrez, d’un point de vue entrepreneurial, il est bien de diversifier son offre au lieu de mettre tous ses oeufs dans le même panier.


Les alliés d’un travailleur autonome

Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette
Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette

Après avoir déterminé votre offre de service ainsi que le type de clients que vous désirez, vous aurez la chance d’avoir vos premiers mandats. D’après vous, pourquoi est-ce que le Client X vous aura choisi pour réaliser ce mandat précis? Probablement pas pour vos beaux yeux, mais plutôt parce que vous êtes un professionnel dans votre domaine, que vous inspirez confiance et que votre client n’a pas les ressources à l’interne pour réaliser ce mandat. Il prend donc la décision de déléguer ladite tâche et de miser sur vous pour la réaliser. 

Trop souvent, je vois des travailleurs autonomes avec aucune notion de droit, comptabilité et finances s’aventurer à tenter de faire tout par soi-même. 

Il est important de savoir bien s’entourer de professionnels qui peuvent nous aider à faire croître notre entreprise.

Par exemple, on pense souvent à tort qu’un avocat sera utile seulement lors de litiges, mais l’avocat est un allié sans pareil pour le démarrage d’une entreprise ou pour poser les bases de vos services de travailleur autonome. Que ce soit de la rédaction d’un contrat de service jusqu’à vous conseiller quant à la structure de votre startup, l’avocat est là pour nous aider. Personnellement, j’ai rencontré une avocate vraiment géniale qui est spécialisée dans les milieux créatifs et qui comprend à 100% notre réalité: Aicha Tohry de ARTY LAW.

Un comptable peut vous venir en aide sur plusieurs plans, notamment la base qu’on connaît comme la tenue de livres, les diverses déclarations de revenus et de taxes. Mais un bon comptable avec qui on développe une relation peut vous aider à croître votre entreprise à de nouveaux sommets et vous donner des conseils fiscaux auxquels vous n’auriez pas eu accès autrement. Il existe plusieurs comptables super à l’aise avec les entrepreneurs et les travailleurs autonomes comme A/F Accounting et Axiome Solutions. Beaucoup de comptables ont même refusé automatiquement que je les engage pour faire ma comptabilité lorsque je leur ai dit que j’étais travailleur autonome.

Aussi, comme je l’ai mentionné plus haut, un des alliés qui contribue énormément à la croissance et la stabilité de mon entreprise est ma conseillère financière. C’est définitivement un atout dont on ne devrait pas se priver.

Personnellement, je n’ai jamais eu recours à un mentor encore dans ma carrière, mais je sais que plusieurs travailleurs autonomes et entrepreneurs ont un mentor qui les aide à progresser dans leur carrière et poser des bases solides pour le futur.

Tous ces alliés, c’est comme tout bien ou service que vous vous procurez, ça se magasine et ça se peut que le premier venu ne soit pas le bon.


L’horaire d’un travailleur autonome

Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette
Guide Travailleur Autonome Et Entrepreneur au Québec — Jeff Frenette

Beaucoup de gens pensent qu’en devenant travailleurs autonomes et entrepreneurs, ils vont pouvoir être maîtres de leur horaire. C’est partiellement vrai étant donné qu’on va devoir suivre un horaire qui concorde avec nos clients pour les différentes communications. 

Une technique qui m’aide beaucoup à avoir un horaire normal c’est de tout noter à l’avance ce que j’ai à faire dans mon calendrier et ensuite chaque jour d’utiliser la méthode post-it jumelée à la méthode Pomodoro. La technique Pomodoro m’aide vraiment à passer à travers mes journées d’une manière saine et organisée. 

Planifier des vacances — pas juste une date, mais le budget qui va autour de ces vacances — est très important afin de garder un horaire normal. On peut facilement oublier de prendre du temps pour soi et avoir l’impression qu’il y a quelque chose à faire à l’infini.


Intégrité, valeurs et plaisir

Rappelez-vous pourquoi vous avez démarré votre entreprise. L’important c’est d’être heureux et aussi de réaliser qu’être son propre patron a beaucoup de hauts et de bas et qu’il faut être solide pour pouvoir évoluer dans ce milieu. 

Il se peut qu’après quelque temps à être travailleur autonome que vous réalisiez que ce n’est vraiment pas fait pour vous — ce n’est définitivement pas fait pour tout le monde. Ça prend énormément d’organisation, de courage et de temps. Et dites-vous que des emplois, il y en aura toujours et pour tout le monde si jamais l’entrepreneuriat n’est pas votre tasse de thé.

Gardez en tête également que vous valez toujours quelque chose et que vous si vous voulez faire du bénévolat, il existe de multiples causes auxquelles vous pouvez contribuer. Lorsqu’une compagnie veut recourir à vos services pour un besoin précis, dans le meilleur des mondes, faites en sorte d’être payé à votre juste valeur. Posez-vous la question, qu’est-ce qu’un mécanicien ou un dentiste diraient si vous leur demandiez de vous offrir leurs services gratuitement?

Au début, vous aurez probablement beaucoup d’offres de gens qui vous promettent beaucoup de choses si vous faites un bon prix “pour le premier mandat” ou “pour essayer” en laissant sous-entendre qu’il y aura beaucoup d’autres mandats par la suite. En 3 ans à mon compte, jamais un client qui m’a fait ce genre de promesses n’est revenu vers moi… J’ai posé la question à des amis entrepreneurs de longue date et même chose pour eux. Alors, comme je disais plus tôt, en tant qu’entrepreneur, il faut vraiment apprendre à écouter son instinct, il vous ment rarement.

Sur ce, amusez-vous, travaillez fort et prenez des vacances!


Ressources pour travailleur autonome

Be Focused est une application conçue pour utiliser la technique Pomodoro qui fonctionne par intervalles de travail durant la journée

Je ne me passerais pas de Momenteo. Il existe plein d’alternatives comme Freshbooks, Xero et autres, mais Momenteo est ce qui convient le mieux à mes besoins. Je peux y faire tous mes devis en quelques clics, ma facturation et ça me fournit tous les rapports financiers nécessaires pour faire la comptabilité.

Pour tout ce qui a rapport au côté gouvernemental de l’entrepreneuriat au Québec 

Focus pour éviter les distractions lorsqu’on travaille sur un ordinateur

Trello m’aide beaucoup à structurer mes différents projets, mes différentes idées.

Timing va vous aider à réaliser combien de temps vous passez sur telle ou telle tâche. Le tout est automatisé et super facile à gérer.

Un calendrier ou un agenda

Google Drive, Dropbox ou WeTransfer

Une calculatrice

Une application de type feuille de calcul

Des Post-It qui collent bien pour faire la technique post-it pour accomplir les tâches quotidiennes

De bons crayons qui ne tachent pas sous la main lorsqu’on écrit, je suggère les stylos Le Pen.


SaveSave

SaveSave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *